Tampu tocco, Machu Picchu et les mystères des cités incas

Francais | English
   
     
   
   
 

Partie I : Les écrits de Fernando Montesinos

Partie II : Origine et migration

Partie III : Les incas aujourd'hui

Sans chercher de preuves, essayons de connaître ce que sont devenus les derniers incas. L’armée espagnol réussit à atteindre Vilcabamba sans difficulté et a capturé Tupac Amaru et ses partisans alors qu’ils étaient en train de prendre la fuite. Il parait évident que tous les fidèles de Tupac Amaru ne furent pas capturés. Les restants sont partis au nord ou à l’ouest de Vilcabamba. C’est peut être  pour éviter que les espagnols aillent plus loin au nord et découvrent d’autres cités importantes que le dernier empereur incas résistant se rend, permettant à son peuple de vivre en paix ensuite. Ces derniers vont vivre à l’écart. Après tant d’années de rébellion et cette ultime défaite, pour eux cela indique la fin du combat. Ils connaissent certainement l’emplacement des villes qu’ils ont laissées derrière eux, Machu Picchu, Choqequiraw. Mais ces villes trop prêtes de la frontière avec la zone contrôlée par les espagnols sont trop exposées pour s’y installer, expliquant sûrement leur abandon. Il reste les autres grandes villes de l’empire au nord et à l’ouest, Païtiti peut être. Et c’est surement là que les incas restants allèrent se réfugier et vivre.

Ils ont du y vivre tranquillement pendant de longues années en espionnant les espagnols. Après l’arrivée en masse des espagnols au Pérou, il apparait clair que tout espoir de reprendre le pouvoir était perdu. La population s’est au cours des années, sûrement divisée en deux groupes : ceux décidant de partir se mêler avec les espagnols et ceux restant dans le petit groupe descendant des incas. Il est probable qu’aujourd’hui, certains péruviens habitant la zone au Nord de Espiritu Pampa soient des descendants des incas. L’existence des grandes cités n’a peut être pas été perdu, l’or qui s’y trouvait a peut être même servi à enrichir une partie de cette population. Mais cela doit être un secret bien gardé. Quel évènement pourrait expliquer la perte des informations sur l’emplacement des autres grandes villes incas ? Un massacre dans le but d’empêcher quiconque de révéler le secret ? Une décision collective de se mêler aux envahisseurs mais de ne rien dire à quiconque sur l’emplacement de ces cités. Il est fort probable que Vilcabamba ne soit pas la limite Nord du royaume Amautas. D’autres villes aussi magnifiques que Machu Picchu et Choquequirao ont de fortes de chances de se trouver plus au Nord ou plus à l’ouest.

Partie IV : Paratoari & Pusharo

Partie V : Païtiti : cité du savoir





 
     
  Nous contacter | Mentions Légales | Recevoir la Newsletter | Liens | Plan du site